Quiz - L'allaitement, idées reçues, faux problèmes et bonnes questions

L'allaitement, idées reçues, faux problèmes et bonnes questions

Votre bébé va bientôt naître et vous hésitez encore entre le sein et le biberon. Vérifiez que vous bénéficiez des informations correctes sur l’allaitement pour choisir.

Allaitement : des craintes infondées ou exagérées

« J’ai les seins trop petits » : La sécrétion de lait n’a rien à voir avec le volume des seins.

« Je ne saurai jamais lui apprendre à téter » : Votre bébé sait de manière innée comment faire ! Une fois pelotonné contre votre sein après l’accouchement, il cherchera lui-même votre téton et boira votre lait.

« Ca va me fatiguer ! » : En donnant le sein, le lait est toujours prêt… Il n’y a rien à faire ! Vous pouvez profiter des tétées pour vous allonger et vous relaxer. Sinon, il faudra préparer les biberons, mélanger la poudre, … plusieurs fois par jour et par nuit !

« Ca va me faire mal » : Allaiter ne fait pas mal, sauf parfois lors des premiers jours après la montée de lait (il peut y avoir « engorgement ») et, au niveau du mamelon si le bébé est mal positionné. Ces petits ennuis sont transitoires. Parlez-en avec votre sage-femme.

« Ca va abîmer mes seins » : L’allaitement n’abîme pas les seins, d’autant plus certainement que l’allaitement est bien conduit et que l’on porte un soutien-gorge adapté.

« Il y aura plein de choses que je ne pourrai pas manger ou boire » : Pendant l’allaitement, les restrictions alimentaires concernent l’alcool, les excitants comme le café à haute dose et certains aliments auxquels vous pourriez être allergique. Pour en savoir plus, lisez notre Vrai ou faux sur l’allaitement et la nutrition.

« Ca m’engage pour longtemps… » : 3 jours d’allaitement permettent déjà à votre bébé de bénéficier de votre colostrum, ce premier lait riche en protéines et en anticorps. Si cela ne vous convient plus ensuite, vous pourrez arrêter à tout moment. 70% des bébés allaités le sont pendant 12 semaines. Il est même possible de changer d’avis et de reprendre l’allaitement après qu’il a été suspendu quelques jours.

« Tout va reposer sur moi » : Vous pouvez tirer votre lait pour que le papa ou toute autre personne qui garde votre enfant puisse le lui donner ». Demandez conseil à une sage-femme.

Choix du biberon : ne culpabilisez pas

« Mon enfant ne va pas être nourri comme il faut » : Les laits infantiles sont aujourd’hui très proches du lait maternel. Encadrés par des normes réglementaires très strictes, ils sont d’une qualité nutritionnelle adaptée aux besoins des bébés à chaque âge.

« On va me prendre pour une mauvaise mère » : Comme près de 40% des femmes qui décident de ne pas allaiter, vous avez vos raisons. Vous n’êtes évidemment pas une mauvaise maman pour autant. Ne vous préoccupez pas des « gens » qui pourraient juger une décision qui ne regarde que vous.

« Si je n’arrive pas à allaiter, je serai vraiment idiote » : L’allaitement est souvent présenté comme naturel et facile. Mais malgré tout, il peut tout à fait « échouer », pour des raisons multiples : fatigue, stress, douleurs, problème d’alimentation, environnement défavorable, etc… Votre compétence de mère n’est pas remise en cause.

Les médecins et les sages-femmes sont là pour vous aider. N’hésitez pas à en parler.

Sources INPES/PNNS : Le Guide de l’allaitement maternel. Octobre 2009 Allaitement maternel. Mise en œuvre et poursuite dans les 6 premiers mois de vie de l’enfant. ANAES / Service recommandations et références professionnelles / mai 2002 Ingrid Bayot : Allaitement ou non ? Savoir suffit-il pour choisir ? Institut Co-naître, Le ligueur. N° 35-36, Septembre 2004